Vous êtes ici  ›Home› Dossiers

LES MOTARDS ET L'INFRASTRUCTURE (NOVEMBRE 2005)

Les motocyclistes sont particulièrement vulnérables dans le trafic. Une conduite défensive ou préventive est pour les motards littéralement d’une importance vitale. Celui qui pilote un deux-roues motorisé doit pouvoir être sûr qu’il n’a pas à se préoccuper de l’état du revêtement routier et qu’il peut concentrer toute son attention sur le trafic environnant. C’est la raison pour laquelle, à la demande de FEBIAC et de diverses associations de motards qui toutes sont membres du MotorCycle Council, la brochure ”Pour une prise en compte des motards dans l’infrastructure” a été réalisée.

La brochure ”Pour une prise en compte des motards dans l’infrastructure”, qui est éditée par l’Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR), donne des informations concrètes et pratiques aux gestionnaires de voiries pour concevoir une infrastructure routière plus sûre pour les motocyclistes. La grande contribution de cette brochure réside dans le fait que des voiries sûres pour les motards sont aussi une totale garantie pour la sécurité routière des autres usagers de la route.

Le nombre d’accidents impliquant des motards au cours de la période s’étalant de 1995 à 2001 est resté à peu près constant, alors que le nombre de motos immatriculées annuellement a augmenté de plus de 5%. Malgré l’accroissement du par cet le nombre accru de kilomètres parcourus par an et par motard, le nombre d’accidents n’a pas augmenté. Rouler à moto continue cependant à présenter certains dangers. 5,5% des accidents de moto se produisent sur les autoroutes, 52,3% sur les routes régionales et provinciales et 42,2% sur les voies communales. 53% se produisent en agglomération et 39% aux carrefours. Plus de 21% des accidents avec morts ou blessés graves se produisent après avoir heurté un obstacle, comme par exemple des poteaux d’éclairage, des glissières de sécurité et des fossés.

La brochure ”Pour une prise en compte des motards dans l’infrastructure” étudie les causes de danger et d’incommodité pour les motards et offre des solutions pratiques. Quatre principes de base pour un bon aménagement routier sont mis en avant : bonne adhérence quelles que soient les conditions atmosphériques, information routière lisible au motard d’adapter sa conduite, une bonne visibilité réciproque et un danger aussi minime que possible de collisions contre des obstacles. Ces principes se rapportent en première instance aux deux-roues motorisés mais s’appliquent aussi entièrement aux autres usagers de la route. Une moto doit avoir la meilleure adhérence ,sur la chaussée. La surface de contact ne se compose en effet que de deux petites surfaces. Une bonne adhérence est également impérative en cas de freinage. Ce qui explique l’importance de la nature et de l’état du revêtement routier. Les marquages au sol glissants peuvent mettre les motards en difficulté. Un entretien convenable doit éviter que des déformations et l’usure du revêtement routier (trous, affaissements, sillons) puissent surprendre les motards et leur faire perdre leur équilibre. Les routes doivent aussi être « lisibles ». Le régime de vitesse, la largeur de la chaussée, le choix du matériau doivent correspondre à la configuration des lieux, à la fréquence des carrefours, etc. Il faut, pour une meilleure perception entre les motards et les autres usagers de la route, éviter ou supprimer les éléments qui gênent la vue (végétation, signalisation verticale), surtout dans les virages et aux carrefours.

Le nombre d’obstacles sur ou en bordure de chaussée doit être limité au maximum. Les obstacles doivent être conçus de telle sorte que les motards puissent les éviter par une manoeuvre d’urgence et que la gravité des blessures reste limitée au cas où malgré tout le motard heurterait l’obstacle. Pensons par exemple aux lisses de protection placés au bas des glissières de sécurité et qui empêchent de heurter les poteaux d’ancrage transversaux.

Du fait de l’augmentation des deux-roues motorisés, il faut une meilleure prise en compte de ces usagers de la route dans la politique de mobilité et lors de l’aménagement ou réaménagement de nos routes. FEBIAC demande aux autorités aux divers niveaux, donc aux gestionnaires de voiries, de tenir activement compte des recommandations de la brochure ”Pour une prise en compte des motards dans l’infrastructure” lors de l’entretien et de la conception d’infrastructures nouvelles ou à rénover. Trop souvent encore, les plans ou concepts ont pour point de départ la voiture. Il est clair que les motards sont ainsi confrontés à pas mal ”d’obstacles”. Les concepteurs doivent pouvoir se mettre dans la peau de chaque usager de la route (conducteur de camion et de voiture, motard, cyclomotoriste, cycliste, piéton) afin de développer un concept sûr et intégral. Le gestionnaire de voiries peut améliorer la sécurité des motards sans pour autant porter préjudice aux autres usagers de la route. Au contraire, bien souvent tous les usagers de la route y trouvent profit.

La brochure « Pour une prise en compte des motards dans l’infrastructure » peut être obtenue auprès de l’IBSR.

Twitter

RT @LucBontemps4: Febiac investit un million d’euros dans Motion-S https://t.co/Akfgd2EC4N via @Paperjam_lu


Lire

RT @francois_bellot: Daling aantal verkeersslachtoffers; hierdoor komt de doelstelling van maximaal 420 verkeersdoden per jaar tegen 2020 w…


Lire


Partenariat stratégique entre Motion-S et FEBIAC pour l’analyse des données concernant la mobilité : https://t.co/VV6iP2Wl6g


Lire

[COMMUNIQUE DE PRESSE] FEBIAC annonce une seconde édition de son #WeAreMobility Tour, à @VilleBruxelles et à… https://t.co/CjHRC3579M


Lire