Vous êtes ici  ›Home› Dossiers

VERS UNE POLITIQUE REALISTE ET COMPETITIVE DES TRANSPORTS POUR L’EUROPE (MAI 2006)

L’ACEA, l’association des constructeurs automobiles européens, a chargé le bureau d’études NERA Economic Consulting de faire un rapport suite à la révision prévue du Livre Blanc européen du Transport (2001)

Ci-dessous, les principaux constats. Le rapport part du constat que notre système de transport est devenu un facteur de production essentiel de l’économie européenne et qu’il influence par conséquent sa compétitivité. Il en résulte qu’une politique de transport doit tenir compte de cette donnée concurrentielle. NERA estime que cet aspect n’est pas suffisamment mis en évidence dans la politique actuelle de l’UE. Le rapport donne des influx pour combler cette lacune.

NERA compare les objectifs et mesures politiques du Livre Blanc avec une série de tendances (2) économiques et de transport de la Commission jusqu’en 2030. L’impact de plusieurs mesures est ainsi chiffré, l’étude examine si les objectifs politiques sont atteints ou s’ils ne vont pas à l’encontre des prévisions tendancielles de la Commission.

 

Historique et contexte du Livre Blanc
Dans le passé, la politique européenne des transports était surtout placée sous le signe de la réalisation du marché interne. A cet effet, la plupart des secteurs du transport ont été libéralisés et les prinicpales restrictions au libre trafic de personnes et de marchandises entre états-membres ont été supprimées. Aujourd’hui, la tâche est quasiment accomplie, seule la libéralisation du secteur du rail se fait encore attendre. A l’aube du changement de siècle, l’intérêt politique s’est reporté sur une mobilité durable. Le Conseil européen des Ministres de Gothenburg a décrété en 2001 qu’il fallait s’attaquer à la congestion, à la pollution et aux nuisances sonores en promouvant des modes de transport respectueux de l’environnement. L’on souhaitait dissocier croissance du transport et croissance économique, essentiellement via un ‘modal shift’de la route vers le rail, la navigation et les transports en commun. La Commission européenne a répondu à ces projets par son Livre Blanc. Quatre paquets de mesures devaient mener à un transfert modal, supprimer les points noirs, donner aux utilisateurs une place centrale dans la politique de transport et maîtriser la globalisation du transport. En 2004, la compétitivité de l’économie européenne occupait une place prépondérante sur l’agenda politique. Le Sommet européen de Bruxelles prenait alors conscience de ce que la compétitivité, l’innovation et l’esprit d’entreprise sont déterminants pour la croissance économique et pour le maintien du modèle social européen. La politique des transports est également concernée, vu que notre système de transport constitue un important facteur de production pour de nombreux secteurs économiques.

Tendances économiques et de transport jusqu’en 2030
La croissance de la prospérité dans une UE en extension donnera lieu à davantage de transport, surtout dans les nouveaux états membres. Pour une croissance de 78% du PIB entre 2005 et 2030, la Commission prévoit une progression de 44% dans le transport de personnes et de 69% dans le trafic de marchandises. Il y a cependant une différence en dynamique entre l’ancienne’ (UE-15) et la ‘nouvelle’ Europe (UE-10).

Croissance du transport à 2 vitesses

Le tableau 1 montre que la croissance du transport dans l’UE-15 ralentit au cours des 25 prochaines années et demeure en dessous du rythme de croissance des nouveaux états membres: ceux-ci sont en effet en train de mettre en oeuvre un mouvement de rattrapage économique. Dans l’UE-15, l’augmentation annuelle dans le transport de personnes reste depuis un certain temps déjàen dessous de la croissance du PIB et devrait encore ralentir pour s’établir à un peu plus de 1% seulement.

Le trafic de marchandises, qui au cours des 15 dernières années a surpassé la croissance du PIB, devrait dans l’avenir atteindre un rythme de croissance modéré, juste en dessous de celle du PIB. En termes absolus, l’on ne remarque pas une dissociation significative. L’UE-10, en pleine reconversion vers une économie de marché, connaîtra en toute logique une croissance annuelle plus forte du transport, de l’ordre de 2 à 3%. Il est encore moins question ici d’une dissociation. La demande de transport se transforme en fonction de l’économie L’économie européenne change structurellement: l’économie des services et des connaissances croît plus fortement que les secteurs à production intensive dans l’UE-15. Ceci a des conséquences sur la demande de transport. Le transport en masses et en volumes, caractéristiques d’une économie industrielle, croît plus lentement –aussi bien dans le temps que dans l’espace –que les modèles de déplacements ‘diffus’ dans les secteurs de services et de connaissances intensifs. L’Internet (e-business, e-shopping) peut renforcer cette tendance. Du fait que le rail et la navigation se prêtent moins bien à ce type de transport de marchandises, l’on s’attend à une demande plus forte de transport par route que de transport par rail ou par voies d’eau, en témoignent les prévisions de la part des routes dans le transport (voir graphique 1).

Que propose le Livre Blanc?
1. Réaliser un ‘modal shift’
Le Livre Blanc veut d’ici 2010 ramener les parts de marché des modes de transport non liés à la route à leur niveau de 1998. Autrement dit, leur part de marché doit donc être hissée au-dessus du niveau de 1998. Le secteur du rail (3) vise pour sa part à étendre sa part de marché de 6% en 1998 à 10% en 2020 dans le transport de personnes, et de 8% aujourd’hui à15% dans le transport de marchandises. La pleine ampleur de cette ambition apparaît clairement si l’on y ajoute les prévisions de croissance de la demande totale de transport (voir tableau 2).

Les tendances de transport de la Commission européenne donnent une toute autre image, ainsi qu’il ressort du tableau 3: dans le transport de personnes, la part du rail se stabiliserait autour des 7% dans l’UE-15 et diminuerait de 9% à 8% dans l’UE-10 entre 2005 et 2030. Dans le trafic de marchandises, la part du rail passe de 12% à 9% et de 38% à 24% dans respectivement l’UE-15 et l’UE-10. NERA considère dès lors ce projet de ‘modal shift’comme irréaliste. Une politique qui se braque sur un ‘modal split’souhaité, peut en outre porter atteinte àla dynamique économique (exogène) et à la compétitivité.

2. Supprimer les goulets d’étranglement
Le Livre Blanc reconnaît le Réseau Trans-Européen (RTE) comme étant un important facteur dans la capacité concurrentielle européenne. Initialement, les programmes RTE devaient relier les systèmes infrastructurels nationaux, les goulets d’étranglement recevant la priorité. En 2004, une trentaine de projets ont été sélectionnés.

Une majorité concerne des projets ferroviaires, qui représentent environ 80% des coûts totaux du programme RTE; les projets routiers représentent 15%. L’attribution des bugets est ‘réglée’ par une législation UE4: celle-ci exige que min. 55% des budgets RTE soient affectés à des projets ferroviaires, et max. 25% à des projets routiers.

Fin 2004, le programme RTE et la politique UE des transports ont été analysés dans le cadre du projet ESPON5. Le rapport final fait état de ce que le programme RTE améliore la prospérité et l’accessibilité, mais ne contribue que de manière négligeable –1 à 2% sur 20 ans — àla croissance du PIB de l’UE –2 à 3% par an. Les projets finalisés montrent en outre que l’impact global d’investissements dans le rail est faible en comparaison avec les projets routiers. Des doutes existent quant à savoir si les budgets RTE sont répartis de manière optimale sur les divers modes de transport. Les ambitions RTE ont par ailleurs été récemment revues à la baisse. Les états membres, qui en 2004 demandaient de réaliser rapidement les 30 projets RTE, ont durant leur Conseil européen fin décembre 2005, ramené le budget requis de 20 milliards d’euros à 7 milliards. Plutôt que de répartir ce montant sur 30 projets, la Commission envisage à présent une sélection restreinte, avec une préférence pour le projet relatif à une meilleure interopérabilité du rail européen et pour quelques passages frontaliers prioritaires…

3. Maîtriser la globalisation du transport
NERA s’arrête aussi aux défis qui attendent le transport dans le cadre de l’extension de l‘Union européenne. Le Livre Blanc note une part de marché du rail de 40% dans les nouveaux états membres, et considère cette donnée comme une chance unique d’atteindre un modal shift dans une Europe élargie. Les nouveaux états membres, déclare la Commission, 'doivent coûte que coûte être convaincus de maintenir cette part de marché élevée. Des réformes du rail doivent y être apportées aussi vite que possible, avant que le transport routier ne l’emporte'. Quels sont précisément les mérites d’une part du rail élevée dans le développement économique des nouveaux états membres, cela le Livre Blanc ne le dit pas. Se pose une fois encore la question de l’utilité de cet objectif politique si aucune logique économique ne se cache derrière.

Si du fait de cet objectif politique les nouveaux états membres sont gênés dans le futur développement de leur réseau routier, ceci peut affecter la compétitivité, ceci tant par rapport aux anciens états membres qu’aux autres régions industrielles dans le monde.

Conclusion
L’ACEA tire les conclusions suivantes du projet NERA:

  • Il ne faut pas s’attendre à une dissociation entre la croissance du transport et la croissance économique, en tout pas dans la mesure où la demande de transport stagnerait ou diminuerait;
  • Ramener d’ici 2010 le modal split ‘en équilibre’ au niveau de 1998 n’est ni réaliste ni souhaitable, car cela perturbe l’économie et hypothèque sa compétitivité;
  • L’UE ne supprime pas ou trop lentement une série de goulets d’étranglement, certainement en ce qui concerne l’infrastructure routière;
  • L’UE méconnait ainsi le rôle central qu’elle veut donner aux utilisateurs dans la politique des transports, car une grande majorité utilise précisément la route.

L’ACEA souhaite une politique de transport qui appréhende de manière objective les forces/faiblesses de chaque mode de transport, qui retire le meilleur de chacun d’entre eux et qui investisse dans l’intermodalité là où il existe une réelle demande de marché. La route mérite une plus grande attention que ce n’est le cas aujourd’hui. Outre la suppresison des grands goulets d’étranglement et des chaînons manquants dans le réseau routier européen, la gestion des capacités peut limiter la congestion: penser au dosage des accès, aux couloirs (temporaires) réservés aux transport collectif de personnes ou de marchandises, à une gestion variable de la vitesse, à une augmentation de capacité par une utilisation temporaire des bandes d’arrêt d’urgence, aux bandes de circulation à contre-sens (tidal flow), aux bandes de circulation rétrécies (marquages au sol dynamiques)…

(1) Rapport complet disponible sur http://www.acea.be
(2) European Energy and Transport - Trends to 2030, European Commision - DG TREN, 2003
(3) E.a. UIR, CER, UITP et UNIFE
(4) Règlement 2236/95, modifié par le règlement 1655/1999

Twitter

Vandaag, zaterdag, blijft het auto en motorsalon een uurtje langer open. Dus tot 20u. @AutoSalonBe #BrusselsMotorShow


Lire

RT @JLDauger: Venez me voir au Salon de l’Auto de Bruxelles sur le stand des Michel Vaillant Art Strips au Hall 1. 24 œuvres exposées, les…


Lire


Plus de 72.000 personnes ont visité le #BrusselsMotorShow ce samedi, ce qui porte le total à plus de 499.000 visite… https://t.co/S1XMbvzHG6


Lire

[COMMUNICATION OFFICIELLE] Suite à la forte affluence de ce jour, le Salon restera exceptionnellement ouvert jusqu… https://t.co/mFkotGa0Uk


Lire