Vous êtes ici  ›Home› Dossiers

MOTO ET SÉCURITÉ ROUTIÈRE : 'SAFETY PLAN FOR ACTION' (JANVIER 2009)

FEBIAC intervient dans de nombreux domaines liés à la sécurité routière. Nous siégeons au conseil d’administration de l’Institut Belge pour la Sécurité Routière ainsi qu’à la Commission Fédérale de la Sécurité Routière (CFSR). Dans le cadre du Motor Cycle Council (MCC), nous nous attachons plus particulièrement à la sécurité des deux-roues motorisés. Récemment, nous avons été conviés à faire partie du nouveau groupe de travail ‘moto’ créé par la CFSR.

Dans le cadre du Motor Cycle Council (MCC), nous nous attachons plus particulièrement à la sécurité des deux-roues motorisés. Récemment, nous avons été conviés à faire partie du nouveau groupe de travail ‘moto’ créé par la CFSR.

En tant que membre à part entière de l’ACEM, l’association européenne des fabricants de deux-roues motorisés et des fédérations nationales, FEBIAC soutient sans réserve les efforts que l’ACEM consent pour améliorer la sécurité des motocyclistes. C’est dans ce cadre que l’ACEM a signé la 'Charte européenne de la sécurité routière'.

Dans le contexte de son 'Safety Plan for Action', l’ACEM s’engage notamment à lancer et promouvoir des campagnes de communication en faveur de la sécurité routière. Nous entendons ainsi attirer l’attention sur les dangers auxquels sont confrontés les conducteurs de motocyclettes et de vélomoteurs.

En 2006, l’ACEM a publié son manuel d’infrastructure: 'Guidelines for Powered Two-Wheelers - Safer Road Design in Europe', spécialement destiné aux ingénieurs de la construction routière, aux urbanistes, aux entrepreneurs de travaux routiers, aux autorités locales et au législateur. Il s’agit d’un ouvrage de référence, mais comment mieux faire connaître des utilisateurs de deux-roues motorisés la teneur de ce manuel aussi intéressant que technique ?

Il existait un vecteur idéal : la bande dessinée. C’est ainsi que la série 'Lucky 13' a vu le jour. Sa mission : attirer l’attention du conducteur de moto et de scooter sur les risques de l’infrastructure routière. Le lancement de la bande dessinée a eu lieu à l’occasion de la Journée européenne de la sécurité soutière, organisée à Paris par la Commission européenne, le lundi 13 octobre dernier.

Le but de cette campagne de sécurité est de sensibiliser les usagers aux risques que dissimulent les routes empruntées quotidiennement. Mise au point en étroite concertation avec les moniteurs de conduite moto, elle comptera 13 épisodes.

Chacun de ceux-ci abordera une situation dangereuse spécifique, avec des indications et des conseils pour s’en sortir sans dommages.

Comme le souligne le rapport MAIDS*, 8 % des accidents impliquant des deux-roues motorisés sont imputables à une infrastructure routière défaillante. Le mauvais état du réseau routier européen et l’absence de prise en compte de ces usagers dans l’étude ou la réfection des routes n’y sont pas étrangers. La sécurité du conducteur de moto ou de scooter dépend donc avant tout de sa façon d’aborder la situation. La campagne l’aidera à faire de meilleurs choix pour améliorer ses chances.

En dépit du caractère ludique de cette BD consacré à l’infrastructure, son importance ne peut être sous-estimée. Elle atteste que l’industrie s’engage à mettre à l’agenda la question délicate et complexe qu’est incontestablement la sécurité routière. Nous voulons également signifier aux autorités et aux autres parties prenantes que nous avons vraiment l’intention de prendre le problème de la sécurité à bras le corps.

Via la collaboration de FEBIAC à la campagne ‘Lucky 13’, nous réitérons notre volonté de continuer à jouer un rôle actif dans les campagnes de sécurité, afin de contribuer à la réalisation de l’objectif ultime de la Charte Européenne de la Sécurité Routière : réduire de 50 % le nombre de victimes de la route pour 2010.

*MAIDS - Motorcycle Accidents In-Depth Study : l’étude analyse plus de 900 accidents de moto et de scooter survenus de 1999 à 2003 en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne et en Italie. Le projet MAIDS a permis de collecter les données les plus détaillées dont on dispose aujourd’hui au sujet des accidents de deux-roues motorisés.

 

Twitter

@mattiasdebacker Wel neen. Integendeel. Forfaitaire rij- en inschrijvingstaks vallen immers weg. Weinig gebruiken = weinig betalen.


Lire

@Aldo_Peeters @MDN_Energy @radio1be Akkoord. Maar niet in relatie tot mobiliteit, tot verkeersinfrastructuur.


Lire


RT @lesoir: Pourquoi la FEB et la FEBIAC veulent une taxe au km pour les voitures https://t.co/3n5phm0kfo https://t.co/qbb6setobn


Lire

Poke @moto_be https://t.co/fE3NEbMZf9


Lire