Vous êtes ici  ›Home› Dossiers

DES VÉHICULES INTELLIGENTS, SÛRS ET ÉCONOMIQUES (JANVIER 2009)

“Un réseau de transport efficace constitue le moteur de l’économie européenne. Depuis longtemps, la demande de services de transport progresse régulièrement, tant pour les voyageurs que pour les marchandises. L’intensification de l’activité économique aggravera encore les problèmes occasionnés par le transport routier (comme la saturation des grands réseaux routiers et des zones urbaines, les effets négatifs sur l’environnement et la santé publique ainsi que les accidents).

De nouvelles mesures s’imposent pour résoudre les problèmes, dont l’ampleur ne cesse de croître.” Telle était la teneur, en 2003, d’une communication (COM (2003) 542) de la Commission européenne au Parlement européen et au Conseil des Ministres européens. Cette communication portant sur les technologies de l’information et des communications pour les véhicules sûrs et intelligents marqua le début d’un processus long et complexe mais également intéressant et prometteur. Aujourd’hui, cinq ans plus tard, des mesures concrètes ont été prises en matière de recherche, de réglementation et de communication (sensibilisation), mais les systèmes de transport intelligents (ITS – Intelligent Transport systems) ont encore bien des écueils à surmonter.

Une coordination au niveau européen est essentielle

Les besoins de mobilité ne cessent de croître tandis que la capacité des routes et des autres modes de transport ne peut s’étendre à l’infini. Les innovations apportées sur les véhicules intelligents peuvent contribuer grandement à la fluidification du trafic, à l’amélioration de la sécurité routière et à la préservation de l’environnement. Ces véhicules sont désormais munis d’'yeux' et d’un 'cerveau' pour voir et analyser la route avec le conducteur. Selon les conditions de roulage, ces systèmes de transport intelligents vous informent (en vous suggérant par exemple un itinéraire alternatif) ou agissent directement (par exemple en actionnant le dispositif de freinage du véhicule lorsque le conducteur s’approche d’un danger sans le remarquer). Les véhicules deviennent des sources d’information ambulantes et iront même, quand le trafic l’exigera, jusqu’à communiquer avec les infrastructures, voire entre eux. Dans l’optique de développer une stratégie pour l’étude, le développement et l’instauration d’ITS à base d’ICT dans le cadre de la sécurité routière européenne, la Commission européenne a mis sur pied l’eSafety Working Group.

Cet eSafety Forum, qui réunit 200 entreprises privées et publiques, dirige différents groupes de travail et assure le travail préparatif en matière de :

  • réglementations et normes
  • développement des bases de la sécurité intégrée
  • mesures visant à lever les obstacles dans la société et dans le monde des entreprises.

Des exemples concrets – l’environnement, la sécurité et la mobilité vont de pair

Le contrôle électronique de la stabilité (également appelé ESC) a fait l’objet d’une grande attention dans les médias l’an dernier suite à la campagne ChooseESC ! En conséquence de quoi, la proportion de voitures équipées d’un tel système a augmenté de 4% en 2007. A présent, une voiture neuve sur deux possède un ESC en Europe. Le système d’appel d’urgence eCall arrive prochainement dans sa phase d’exécution. La commissaire européenne Viviane Reding estime qu’il sera opérationnel en 2010 dans bon nombre d’Etats membres. Grâce à ce système, les services d’urgence pourront intervenir beaucoup plus rapidement en cas d’accident. Dans un avenir plus lointain, un régulateur de vitesse avec détection de distance, également appelé ACC (Adaptive Cruise Control), devrait équiper les véhicules. L’ACC est un système capable de réguler la vitesse de la voiture qui en est équipée ainsi que la distance à respecter par rapport à la voiture qui la précède, le tout sans aucune forme de communication avec d’autres véhicules.

L’ACC contribue à améliorer la sécurité routière, la fluidification du trafic et la consommation en carburant. Une écoconduite soutenue par des dispositifs ICT comme l’ACC garantit, selon la commissaire Reding, une réduction de 30% de la consommation en milieu urbain. Lorsque ce dispositif pourra être couplé à un système de guidage, les temps de parcours diminueront jusqu’à 30%.

Les applications de conduite coopérative franchissent un palier supplémentaire. Leur postulat consiste à ajouter au radar du système ACC un système de communication en mesure d’échanger des informations avec d’autres véhicules ainsi qu’avec les infrastructures routières. Les véhicules peuvent ainsi se 'voir', se 'suivre' ou éventuellement se transmettre des informations importantes. Ces données, majoritairement invisibles pour le conducteur, contribuent à rendre la circulation plus sûre, plus respectueuse de l’environnement et plus fluide.

Une approche intégrale européenne

La Commission européenne a pris une initiative importante en début d’année en déposant sa proposition COM(2008) 316 relative à la sécurité générale des véhicules à moteur. La CE y propose entre autres de rendre obligatoires certains systèmes de sécurité 'intelligents' à bord des véhicules neufs pour en autoriser la commercialisation en Europe. Il est question :

  • du contrôle électronique de la stabilité pour tous les types de véhicules à moteur;
  • du système de contrôle de la pression des pneumatiques pour les voitures particulières;
  • du système avancé de freinage d’urgence pour les poids lourds;
  • du système de détection de dérive de la trajectoire.

Cette proposition de la Commission est actuellement débattue au Parlement européen qui devrait, selon toute vraisemblance, l’approuver vers la mi-2009.

Incertitudes sociales, administratives et juridiques

Bien que les systèmes susmentionnés soient très prometteurs, il règne toujours un grand flou concernant l’utilisation de systèmes qui interfèrent dans la conduite. Une des principales questions juridiques porte sur la répartition des responsabilités entre les conducteurs, les propriétaires de véhicules, les fabricants, etc. Ce flou, même s’il n’est pas directement lié à la technologie, peut avoir une influence considérable sur l’introduction de ces systèmes. La commissaire Reding reconnaît l’existence de ce problème et prétend que des initiatives supplémentaires de la CE sont requises pour s’attaquer aux obstacles se dressant sur leur route en général ainsi qu’à ceux inhérents à la concurrence et aux incitants commerciaux qui s’ensuivront.

FEBIAC souhaite

Qu’aucun règlement national unilatéral ne soit établi à propos de la construction de véhicules et que la Belgique participe activement au programme eSafety de l’Union européenne. A savoir

  • qu’elle s’implique dans l’élaboration de standards et de normes européens pour les systèmes de communication entre véhicules et entre les véhicules (V2V) et les infrastructures (V2I) ;
  • qu’elle réserve la bande de fréquence 5,9 GHz aux communications V2V et V2I ;
  • qu’elle s’intéresse rapidement à l’infrastructure routière afin d’en assurer la maintenance et d’y apporter les adaptations nécessaires compte tenu de la réglementation actuellement en préparation.

Twitter

Finaal resultaat 96e #BrusselsMotorShow : 542.566 bezoekers. Met zowat 36.000 bezoekers voor #WeAreMobility. Afspra… https://t.co/4PlfIaIET5


Lire

96e #BrusselsMotorShow sluit de deuren. Heel heel heel veel dank aan al onze bezoekers en exposanten. Wij hopen dat… https://t.co/yAtqVNDTJn


Lire


RT @Modalizy_BE: Modalizy a gagné le Best Start Up Award 2018 au salon #WeAreMobility vendredi. Nous vous en parlons sur notre blog 🎉 https…


Lire

Succès de foule pour le 96e Salon de l'Auto ! https://t.co/6QO6fqHXnP


Lire