Vous êtes ici  ›Home› Publications

Rendre les hybrides rechargeables moins attractifs ? Ou comment jeter le bébé avec l’eau du bain…

Nous devons tous rouler “plus vert”, pas de doute à ce propos. Moins de carburants fossiles, davantage d’électricité verte et d’autres solutions durables, voilà ce que l’on attend de l’industrie automobile.
Une industrie automobile qui continue d’investir massivement dans ces solutions. Pour notre gouvernement, les hybrides rechargeables deviennent, contre toute attente, un sujet de discussion, puisqu’il entend leur retirer l’avantage fiscal qui leur est accordé.
FEBIAC juge cette décision inappropriée, considérant qu’elle envoie un très mauvais signal.

Les hybrides rechargeables sont des véhicules qui combinent un moteur thermique et un moteur électrique et qui peuvent être, en outre, rechargés sur le secteur. Les modèles actuellement commercialisés possèdent une batterie qui assiste le moteur thermique (aboutissant à ce que la cylindrée de celui-ci peut être diminuée et dès lors sa consommation réduite), permettant de parcourir quelques dizaines de kilomètres grâce au seul moteur électrique.
Voilà tout-à-coup que 30, 40 ou 50 kilomètres parcourus à l’électricité ne serait pas suffisant. Vraiment ?

La plupart de nos concitoyens parcourent moins de 50 kilomètres par jour. Avec un véhicule hybride rechargeable, nombre de personnes peuvent effectuer sans problème le trajet domicile-travail (où un nombre croissant d’employeurs installent des bornes de recharge) en roulant exclusivement à l’électricité. Un autre avantage est celui de basculer sur le moteur électrique à l’arrivée dans zone plus densément peuplée - où la pression sur la qualité de l’air est plus forte -  ce qui permet un déplacement silencieux et exempt d’émissions. Votre voiture hybride rechargeable n’a pas besoin d’offrir une autonomie d’une centaine de kilomètres pour faire la différence.

Les hybrides rechargeables ne sont en aucun cas de “faux” hybrides.
Exiger des voitures hybrides rechargeables une autonomie électrique plus importante serait contre-productif. Parce qu’entraînant la mise en œuvre de batteries volumineuses, lourdes et coûteuses qui ne sont, dans la plupart des cas, pas nécessaires. Pire encore, parce qu’éloignant le consommateur du choix d’un véhicule (partiellement) électrique. Alors que nous devons encourager cette évolution.

C’est l’utilisation désinvolte des hybrides rechargeables et plus particulièrement l’irresponsabilité de certains conducteurs qui ne les rechargent pas qui doit être dénoncée, non la technologie elle-même. C’est là que se situe l’erreur de jugement fondamentale. Ne jetons pas, pour les mauvaises raisons, le bébé avec l’eau du bain.

Twitter

Tests in werkelijke rijomstandigheden met WLTP #WLTP #helderoveruitstoot https://t.co/9stTZrBanl https://t.co/lGikXQa6y8


Lire

RT @atvbe: Febiac waarschuwt bromfietseigenaars die nog geen nummerplaat hebben. #atvbe #Febiac @FEBIAC_nl https://t.co/gTkY26uumD https:/…


Lire


RT @sudpresse: En Belgique, un cyclomoteur sur deux n’est toujours pas immatriculé, selon la Febiac https://t.co/jtqgule6AV https://t.co/sJ…


Lire

Des tests dans un environnement réel de circulation avec le WLTP #WLTP #toutsurleWLTP https://t.co/gIGiyUsDQD https://t.co/4eKu5XOf3T


Lire