Vous êtes ici  ›Home› Publications

La technologie rend la conduite à moto et à scooter plus sûre

Des initiatives lancées par les constructeurs et la pression de l’Europe rendent la conduite à moto et à scooter plus sûre. L’UE intègre en effet les conducteurs de motos et scooters dans le cadre des nouveaux systèmes automatiques qui épaulent les usagers dans le trafic.

Dès avril 2018, toutes les nouvelles voitures de l’Union européenne devront être équipées de la technologie « e-Call ». En cas d’accident grave, ce système appelle automatiquement le 112 – le numéro d’urgence européen – afin d’informer les services de secours de l’endroit exact où se trouve le véhicule. Selon les estimations de la Commission européenne, ce système, une fois entièrement introduit, réduira le nombre de morts sur nos routes.

eCall n’est pas uniquement destiné aux voitures. Le Parlement européen souhaite que la Commission européenne le rende également obligatoire pour les poids lourds, les bus et les cyclomoteurs dès 2019 (la Commission ne devrait présenter un rapport à ce sujet qu’en 2021). Les constructeurs de motos et de scooters sont quant à eux déjà en train d’élaborer un système européen eCall pour les deux-roues motorisés. BMW Motorrad a ainsi pris les devants et en a équipé de série sa K1600.

Causes

Si eCall est un concept intéressant, il ne s’attaque qu’aux conséquences et non aux causes des accidents. De meilleurs dispositifs de freinage équipés de systèmes anti-blocage ont heureusement déjà amélioré la sécurité des motos et des scooters. Depuis 2016, les motos et scooters neufs qui circulent dans l’Union européenne doivent tous être munis de l’ABS, un système qui évite que la roue avant ne se bloque en cas de freinage et qui augmente la stabilité. Diverses études ont montré qu’il avait permis de réduire d’au moins 10 % le nombre de victimes de chutes. La visibilité des motos et des scooters s’est elle aussi améliorée, puisque les phares s’allument automatiquement dès que le contact du deux-roues est mis. Il s’agit encore là d’une obligation imposée par l’Europe.

Selon les analyses des accidents impliquant des deux-roues motorisés effectuées par le Vias institute (jusqu’à peu l’IBSR – l’Institut belge pour la sécurité routière), il s’avère que les collisions entre une moto ou un scooter et un autre type de véhicule représentent 65 % des cas. Les accidents les plus courants avec une partie adverse surviennent dans les carrefours et au niveau de la sortie d’une propriété privée. Dans plus de la moitié de cas, l’autre usager n’avait pas vu la moto ou le scooter ou ne l’avait vu que trop tard. Une fois sur dix, la vitesse du motard avait été mal estimée.

Communiquer intelligemment

Des systèmes intelligents de communication reliant les différents véhicules peuvent prévenir les accidents impliquant deux parties. En 2015, BMW Motorrad, Honda et Yamaha ont créé à cette fin le Connected Motorcycle Consortium, qu’ont depuis rejoint Kawasaki, KTM, Suzuki et l’ACEM (l’Association des constructeurs européens de motocycles). Il y a peu, Hennes Fischer (conseiller de Yamaha Motor Europe et membre du Connected Motorcycle Consortium) a déclaré que les systèmes de communication entre véhicules ont un effet positif majeur sur la sécurité des motards. « Les technologies qui informent un automobiliste qu’une moto approche et qui les mettent en garde améliorent la visibilité “numérique” des motards et réduisent le risque d’accidents, comme ceux qui surviennent dans les carrefours parce que les automobilistes n’avaient pas vu les motards », souligne Hennes Fisher.

Le Parlement européen demande d’ailleurs que les systèmes de freinage automatiques des voitures aient également l’obligation d’être capables de détecter les motards – et satisfassent ainsi à une revendication de la FEMA, la Fédération des associations motocyclistes européennes. La FEMA a déjà souligné que les tests et analyses des accidents avaient démontré que les systèmes d’aide à la conduite avancés ne réagissent pas toujours de manière adéquate aux deux-roues motorisés.

Application mobile

Divers systèmes initialement conçus pour les voitures (comme l’ABS et l’ESP) ont également été adaptés aux motos et scooters. Une voiture offrant bien plus d’espace qu’une moto ou un scooter, ces dispositifs ont dû être miniaturisés. Le Connected Motorcycle Consortium pointe également le fait qu’en raison de cet espace limité, il est impossible de « simplement » installer sur les motos un système de transport intelligent (STI) créé pour les voitures. Il doit donc être plus petit et résister à l’eau, à la poussière et aux vibrations de la moto. De plus, les concepteurs des logiciels doivent tenir compte du comportement routier spécifique d’un deux-roues motorisé.
L’une des solutions consiste probablement à développer une application spéciale pour smartphones. Une étude a déjà été réalisée au sujet des systèmes d’alerte qui avertissent les utilisateurs de smartphones de la présence des usagers faibles. Les systèmes utilisés dans les voitures détectent ainsi la présence d’un motard à proximité du véhicule et en informent le conducteur à l’aide de signaux sonores et lumineux.

Twitter

Vandaag, zaterdag, blijft het auto en motorsalon een uurtje langer open. Dus tot 20u. @AutoSalonBe #BrusselsMotorShow


Lire

RT @JLDauger: Venez me voir au Salon de l’Auto de Bruxelles sur le stand des Michel Vaillant Art Strips au Hall 1. 24 œuvres exposées, les…


Lire


Plus de 72.000 personnes ont visité le #BrusselsMotorShow ce samedi, ce qui porte le total à plus de 499.000 visite… https://t.co/S1XMbvzHG6


Lire

[COMMUNICATION OFFICIELLE] Suite à la forte affluence de ce jour, le Salon restera exceptionnellement ouvert jusqu… https://t.co/mFkotGa0Uk


Lire